Cinéma Culture

Les jolis films du mois de…

18 juillet 2014

under_the_skin_stills.173135-1024x576under the skin4frangetrianglesTom_à_la_ferme295999072_ofrangetrianglesBailey's Quest-840.cr2cusack-map-to-the-starsfrangetrianglesthe-two-faces-of-january-viggo-mortensen10-15-12-Actors-VIGGO-MORTENSEN-and-KIRSTEN-DUNST-during-the-filming-of-the-movieThe-Two-Faces-of-January-inside-Parthenon-at-the-Acropolis.-1125x750frangetrianglesThe_Grand_Budapest_Hotel_Concept_Art_UZ_10GHB_7568 20130213.CR2frangetriangleslarge_2851164851998728ee0

Ça faisait un baille que je n’avais pas parlé cinéma ou pas parlé tout court d’ailleurs… Plutôt que de vous montrer en image les derniers films vus le mois dernier, j’ai sélectionné ceux qui ne m’ont pas laissé indifférentes (ce qui est déjà beaucoup) ces trois derniers mois. J’ai donc élargi la durée et privilégié ceux que j’ai été voir au cinéma (sauf un).

Under The Skin de Jonathan Glazer est le genre de film que l’on adore ou que l’on déteste, et qui, en général, vous laisse une drôle d’impression lorsque vous sortez de la salle. C’est tout à fait ce que je recherche lorsque je vais au cinéma : un film capable de me rester dans la tête pendant quelques jours, sans trop savoir quoi en penser. La musique, puis les images, sont hypnotiques, surtout dans la première partie du film. Je pourrai d’ailleurs en revoir des extraits comme on regarde un clip. Et contrairement à ce que beaucoup ont pu lui reprocher, le film a un scénario qui tient la route ; en tout cas, on peut y trouver un message. En revanche, j’ai moins aimé la dernière partie, plus anecdotique.

Tom à la ferme de Xavier Dolan. J’ai hésité à le faire paraître dans cet article. Etant une grande fan de ses films, j’ai été un peu déçue par celui-ci. Pourtant, la bande-annonce était très alléchante avec ses plans aériens et sa musique très bien choisie. J’ai trouvé qu’il était difficile de se sentir concerné par l’histoire, difficile de croire aux personnages, d’être touché par ce qui leur arrive… Bref, une petite déception même si les plans sont toujours aussi bien travaillés. Et j’attends Mommy avec impatience évidemment.

Maps to the Stars de David Cronenberg. D’abord, je n’ai pas été bluffée par la performance de Julianne Moore, car je l’ai trouvé très hystérique, un peu trop cliché (même si c’est le rôle qui veut ça, il n’empêche que j’avais envie de dire « oui bon, mais encore. », mais ça c’est mon côté « jen’aimepasquandtoutlemondeaime »). En revanche, j’ai aimé retrouver le côté malsain des films de Cronenberg et le scénario a réussi à me tenir en haleine jusqu’à une fin pas du tout décevante !

The Two Faces of January d’Hossein Amini, est, certes, très hitchkockien, mais un petit Hitchcock au scénario bien trop classique. La réussite tient plutôt de la photographie qui est superbe ainsi que de la performance de Viggo Mortensen, toujours aussi magnétique ! Disons que The Two Faces of January est un beau premier film pour son auteur, mais il manque quelque chose pour en faire un grand… à suivre donc !

The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson. Et non, je n’ai jamais été une grande fan de ce réalisateur. Même si j’aime que les plans soient bien travaillés, cela frise un peu l’obsession chez Wes Anderson. Evidemment, l’intention derrière les plans est primordiale et les éléments de décor ne sont jamais mis au hasard dans un film, mais cela ne doit pas empêcher une certaine fougue… On aurait envie par moment qu’un plan bien « dégueux » vienne casser ces tableaux trop parfaits ! En même temps, c’est un plaisir pour les yeux et la folie chez Wes Anderson se retrouve plutôt du côté du scénario et de ses personnages… ce qui est très bien. Je reste toujours partagée face à un Wes Anderson, je ne peux rarement dire si j’ai aimé ou non. Et comme vous pouvez le constater, je suis pleine de contradictions quand j’en parle !

Nouvelle Donne de Joachim Trier. Je vous ai déjà dit que j’aimais les premiers longs métrages des réalisateurs ? J’apprécie le fait qu’ils soient un peu bancal, avec leurs défauts, qu’on y perçoive cette envie de bien faire. Nouvelle Donne a un peu ce côté « film de fin d’études »… D’ailleurs, le film suivant de Joachim Trier, Oslo, 31 août, que vous avez peut-être vu, est dans la même veine que celui-ci en plus abouti, il a aussi ce côté un peu dépressif et un point de vue assez noir sur la jeunesse d’aujourd’hui. En tout cas, j’avais envie de laisser une petite place à ce film dans cette liste bien qu’il soit sorti en 2008 !

 

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Les Délices de Minie 18 juillet 2014 at 20 h 54 min

    Je voulais voir The Two Faces of January, mais je vais devoir attendre le DVD

    J’ai adoré The Grand Budapest Hotel, je l’ai trouvé fabuleux !

  • Leave a Reply